👉 Quelles transitions pour Penmarc’h ?

Le samedi 23 mars de 9h30 à 12h30, les élus de la ville de Penmarc’h, en partenariat avec l’association Sur un Air de Terre, invitent les habitants à une réunion participative sur le thème des transitions. L’idée est de réfléchir ensemble sur les questions environnementales et sociétales dans le but de faire émerger de nouvelles initiatives citoyennes, quelle politique de transition écologique souhaitez-vous pour Penmarc’h ?

Cette rencontre s’organisera autour de six tables rondes avec pour thématiques :

– Produire et consommer sain et local.
– Vers une consommation responsable des énergies et des ressources naturelles.
– Quelle offre de logement pour demain ?
– Quelles alternatives à la voiture ?
– Inverser l’effondrement de la biodiversité.
– Comment participer à la vie et aux choix de ma commune.

« Ces réflexions interpellent sur les enjeux du territoire, elles devront aboutir à des projets concrets. Elles déboucheront sur des constats avec des priorités d’urgence » explique Jean-Christophe Le Cloarec, adhérent à l’association. Les groupes de travail interagiront en fin de séance.

La municipalité présentera les actions engagées depuis le début de son mandat en termes de protection de l’environnement, d’érosion dunaire, mobilités douces, d’alimentation, etc.

Sur un Air de Terre. L’association a été créée en 2008, le siège est à Pont-l’Abbé. Elle regroupe environ 200 adhérents. Ses principales missions sont d’informer et d’éduquer le public à l’écocitoyenneté et au respect de l’environnement, de mettre en réseau les acteurs locaux dans un but de développement soutenable et de consommation responsable. Site internet : https://www.surunairdeterre.fr/

En pratique. Réunion participative écocitoyenne, samedi 23 mars de 9h30 à 12h30 à la MPT au bourg. Gratuit et ouvert à tous les Penmarc’hais à partir de 12 ans.

Photo à la une : Jean-Christophe Le Cloarec et Anne Brochec, adhérents à l’association Sur un air de terre et Gilles Mercier, conseiller municipal délégué à l’environnement

La presse en parle : Le Télégramme

Retour en haut
Retour haut de page